Humeur·lifestyle

Les produits laitiers sont nos amis pour la vie ! (Ou pas)

Hello ! Ici Eve qui revient pour un nouvel article !

Thème du jour : l’intolérance au lactose, sujet qui me parle tout particulièrement depuis quelques mois.

img_0116

Qu’est-ce que le lactose ?

Il s’agit du principal sucre présent dans le lait animal (vache, bien sûr, mais aussi le lait de chèvre, de brebis…). Pour être digéré, il a besoin d’une enzyme, produite par l’intestin, appelée lactase. Cette enzyme permet de décomposer le lactose en deux autres sucres : le glucose et le galactose.

Et l’intolérance alors ?

Elle est liée à un déficit en lactase. Lorsque l’on naît, notre organisme produit assez de lactase pour digérer le lait, principale alimentation des premières années de vie. Au fur et à mesure la production de cette enzyme diminue et se stabilise de façon variable chez chaque individu. On considère qu’un adulte est en mesure de tolérer environ 12g de lactose par jour (soit l’équivalent d’un bol de lait). Lorsqu’une personne ne produit plus assez de lactase, on dira qu’il est intolérant au lactose. En France, 30 à 50% des gens ont une digestion incomplète du lactose.

Les symptômes :

Là aussi, ils sont variables selon les gens mais on distingue deux types de réactions :

– les symptômes intestinaux, assez simples à déceler : ballonnements, gaz, nausées, crampes, diarrhée, constipation, vomissements…

– les symptômes plus généraux, plus difficiles à déceler : maux de tête, fatigue, douleurs musculaires et articulaires…

Ces symptômes apparaissent entre 30min à 24h après l’ingestion d’aliments contenant du lactose, ce qui peut rendre la corrélation plus difficile à établir.

Intolérance au lactose vs allergie aux protéines de lait de vache :

L’intolérance au lactose et l’allergie aux protéines de lait de vache sont deux choses complètement différentes.

En ce qui concerne l’intolérance, on a vu qu’elle concerne les adultes. Il est très rare qu’un enfant de moins de 3 ans y soit sujet. Il s’agira dans ces cas-là d’une maladie rare : le déficit congénital en lactase. L’intolérance, même si elle peut être très gênante au quotidien, n’est pas grave. Elle n’entraînera pas de risques de complications.

En revanche l’allergie aux protéines de lait de vache se retrouvera plutôt chez le nourrisson et disparaît dans 80% des cas en grandissant. Si elle peut entraîner des symptômes similaires à l’intolérance au lactose, elle peut aussi entraîner des réactions beaucoup plus graves comme eczéma, urticaire, asthme, voire même choc anaphylactique dans le pire des cas. L’exclusion du lait de vache dans toute l’alimentation est donc obligatoire.

Diagnostic :

Si vous avez un doute, il suffit de faire un simple test (et de s’y tenir, bien sûr!) : éliminer pendant 10/15 jours toute alimentation contenant du lactose. Attention, ce dernier est un petit vicieux qui peut se cacher partout : gâteaux, charcuterie, surimi, gâteaux apéritifs, plats préparés…

Ça apprend à faire ses courses en lisant les étiquettes de chaque produit ! Si vous voyez diminuer, voire disparaître certaines manifestations digestives désagréables quotidiennes, il est possible que vous soyez intolérant. L’idée ensuite est de réintroduire progressivement ces produits afin de déterminer votre seuil de tolérance. Il est aussi possible de consommer un à deux verres de lait à jeun et observer ce qu’il se passe. Pour aller plus loin, si vous voulez en être sûr, il existe des tests médicaux tels que le test à l’hydrogène (qui permet de mesurer le taux d’hydrogène à l’expiration avant et dans les heures suivant la consommation de lactose à jeun. Si le taux est élevé, c’est que le lactose est mal digéré), le test de tolérance au lactose (il s’agit d’une prise de sang mesurant le taux de glucose dans le sang après avoir consommé du lactose. Si celui-ci est bien digéré, le taux de glucose doit augmenter) et enfin le test génétique permettant de déterminer l’origine de cette intolérance.

Traitement :

Il n’existe aucun traitement permettant de soigner l’intolérance au lactose. En revanche il existe des compléments alimentaires enrichis en lactase (ça peut dépanner en cas de repas au restaurant/chez des amis…) mais le plus simple reste de limiter son apport quotidien en lactose. Limiter, oui, mais ne pas exclure totalement, ça n’est généralement pas nécessaire. Il faut être attentif à compenser l’apport en calcium pour éviter de se retrouver en carence (privilégier les aliments et les eaux minérales riches en calcium type Contrex, Courmayeur, Hépar…)

Alimentation :

Comme je viens de le dire, il n’est pas nécessaire d’exclure complètement le lactose de son alimentation. Après, le seuil de tolérance dépend de chacun. Il existe pas mal de sites internet qui répertorient la quantité de lactose présente dans les principaux aliments (lait, crème fraîche, fromages…). Ces aliments sont mieux tolérés lorsqu’ils sont consommés dans des préparations ou au cours d’un repas. Les fromages à pâte mi-molle (brie, camembert, fromage à raclette…) et les fromages à pâte dure (comté, emmental, parmesan…) peuvent notamment être conseillés car beaucoup moins riches en lactose. Le beurre est lui aussi beaucoup plus léger en lactose. Il est aussi possible de se rabattre sur des produits laitiers réduits en lactose qu’on peut notamment trouver dans le commerce (le lait Matin Léger par exemple) qui permettent de continuer à boire du lait sans en avoir les désagréments (et en plus, ils apportent du calcium).

Le tout est de bien lire les étiquettes des aliments que vous achetez, vous serez surpris de voir qu’on peut trouver du lactose (ou des dérivés) dans pas mal de choses !

***

Mon expérience :

Cela faisait un bout de temps que je savais qu’au niveau de mon alimentation quelque chose clochait. Souvent inconfortable, sujette aux crampes qui me prenaient n’importe quand, ballonnée (bref, je vous passe les détails!), je penchais plutôt pour une histoire de gluten au départ. Plusieurs fois mon médecin m’avait demandé de ralentir sur les laitages mais je n’y arrivais pas !

Or, il y a quelques mois et suite à des douleurs articulaires et musculaires de plus en plus présentes (c’est moche de vieillir!), il m’a demandé de vraiment arrêter, histoire de voir si ça pouvait avoir un impact sur ces douleurs. J’ai donc joué le jeu, en traînant la patte, je dois bien avouer ! Je suis une grande gourmande de laitages, de petits desserts et là il m’a fallu me faire violence et faire mes courses différemment ! La première fois que j’ai rempli mon frigo, j’ai franchement fait la tronche ! Déprimée la fille ! Et puis, au bout de quelques jours, les premiers effets se sont fait sentir : beaucoup moins ballonnée, disparition des crampes, un peu moins de bidou… Ça m’a motivée à continuer l’expérience. Autre effet que je n’avais pas vu venir mais qui m’a bien fait plaisir : -3kgs sur la balance en quelques semaines !

Aujourd’hui ça fait 3 mois que je suis ce nouveau régime. Je me sens mieux dans mon corps, mon poids est stable et j’ai appris à faire mes courses différemment. J’ai l’impression de mieux manger, de faire plus attention, de manger un peu plus équilibré. Je suis toujours un peu déprimée quand je vais au rayon laitages de mon supermarché et que je dois me rabattre sur le petit coin des laitages de soja qui ne laisse pas beaucoup de choix, mais je fais avec. Après, je sais aussi que si vraiment j’en ai envie, je ne risque rien à manger un bon dessert avec de la crème. Je le paierai peut-être un peu le lendemain mais ça ne sera rien de grave !

Le seul point moins cool, c’est que ça n’aura absolument rien changé à mes douleurs !

Pour aller plus loin : http://www.sanslactose.com/ (site complet qui donnent plein d’infos, et notamment un tableau répertoriant la contenance en lactose de pas mal d’aliments)

Sources :

http://www.produits-laitiers.com/question-de-sante-sur-l-intolerance/

http://www.ameli-sante.fr/intolerance-au-lactose/intolerance-au-lactose-definition-et-symptomes.html

http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/37977-intolerance-au-lactose-quels-symptomes-que-manger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s