culture·Humeur·lifestyle

A la découverte des 4 Accords toltèques

Les-quatre-accords-tolteques

Changement de ton aujourd’hui avec un article sur un livre récemment découvert : « Les 4 Accords toltèques« . J’avais vaguement entendu parler de ce livre il y a quelques temps, en notant la référence dans un coin de ma tête, pour le jour où. Et puis en faisant mon réassort de livres à la librairie du coin, cet ouvrage m’est revenu en mémoire. Je pensais le trouver au rayon psychologie/développement personnel, il était en fait rangé au rayon ésotérisme/religion. Ça m’a du coup fait hésiter à le prendre. Je suis une personne assez cartésienne, je crois, et tout ce qui tourne autour des croyances, de la foi, ça me laisse perplexe. Parfois j’aimerai y croire mais, concrètement, j’ai du mal. Et puis finalement je me suis dit qu’après tout je ne perdrais rien à le lire. Avec un peu de chance même, ça pourrait être intéressant.

L’auteur, Don Miguel Ruiz, est également enseignant et chaman mexicain. Il décide de faire des études de médecine jusqu’au jour où il va vivre une expérience de mort imminente qui change sa vie. Il se tourne alors vers la tradition toltèque afin de trouver des réponses à ses questions. De toutes ses connaissances acquises dès lors découle cet ouvrage devenu un best-seller à travers le monde.

DomMiguelruiz

Les premières pages m’ont clairement laissées sceptiques. J’avais l’impression de m’embarquer dans un livre aux préceptes un peu étranges. Et puis je me suis dit que 135 pages, c’était court et que ça valait peut-être le coup d’aller un peu plus loin quand même. Au final, en entrant dans le vif du sujet, je me suis laissée happer. Il aura suffit de quelques lignes pour que ça fasse écho. Avant de développer les fameux 4 Accords, l’auteur parle du « processus de domestication ». Il développe là l’idée que, à l’instar des animaux, l’Homme est en quelque sorte domestiqué via des codes, des règles de vie inculquées depuis la naissance afin de se conformer à ce que la société attend de lui : bien/mal, bon/mauvais… Ces règles sont tellement intégrées que l’Homme se pose lui-même ses propres limites pour correspondre, dans chaque situation, de manière inconsciente, à ce que l’on attend de lui.

I

Le premier Accord toltèque : Que votre parole soit impeccable

L’idée ici est de nous pousser à faire attention à notre parole, nos mots, à prendre conscience de leurs valeurs, de ce que nous transmettons, sans nous en rendre compte. C’est d’autant plus important quand on travaille auprès de jeunes enfants, adultes et citoyens en devenir. Notre parole est présentée ici comme la magie : soit elle est blanche, et donc positive, soit elle est noire et peut blesser, détruire. On ne prend pas toujours la mesure de ce que nos mots peuvent induire chez une personnes. Il suffit de dire à quelqu’un qu’il ou elle est un peu pâle aujourd’hui pour que cette personne se sente un peu mal tout à coup. Dites à une personne qu’elle est nulle, même si c’est dit sans intention de nuire, il est probable que cette personne se sente réellement nulle et se dévalue dans bien des aspects de sa vie. L’exemple le plus marquant cité par l’auteur est celui de Hitler. Il aura suffit d’un homme, de paroles assénées, de manipulations, pour que la face du monde change et que des millions de vies soient détruites. Il en est de même pour la rumeur. Elle s’insinue dans les esprits comme un virus dans un ordinateur, modifiant la perception que l’on se fait de la personne concernée. Malgré notre meilleure volonté, notre regard sera alors biaisé par les ragots que l’on aura entendu. D’où l’idée d’avoir une parole impeccable (du latin pecatus = péché et de im- signifiant sans). C’est présenté comme étant l’Accord le plus difficile mais pas impossible à réaliser. Le tout étant de garder en tête la force que nos mots, même ceux qui nous paraissent les plus anodins, peuvent avoir sur les autres, de ce qu’ils peuvent déclencher.

II

Le deuxième Accord toltèque : Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle

Ce nouvel Accord découle de celui que l’on vient de voir. Il s’agit là de se détacher de ce qu’on peut nous dire, de ne pas nous sentir trop impliqué, de savoir prendre du recul. L’auteur, à travers la tradition toltèque, nous dit ici que ce sentir visé par des paroles, des actes, c’est faire en quelque sorte preuve d’égoïsme, c’est se donner beaucoup trop d’importance, c’est se prendre trop au sérieux. Il nous rappelle que nous ne sommes pas responsables des actions des personnes autour de nous. Si nous nous faisons insulter (dans la mesure où on ne l’a pas « mérité » bien sûr, du moins j’imagine), il ne faut pas en faire une affaire personnelle. En d’autres termes, seule la personne qui insulte est responsable. Si l’on vous dit par exemple que vous être moche, ou gros, vous n’êtes pas responsable. C’est la personne qui prononce ces mots qui a un problème à régler. Le but ici c’est de ne pas laisser ces mots vous empoisonner. On en revient à l’idée de magie blanche et magie noire. Les insultes sont de la magie noire. Si vous les laissez vous envahir, cela va agir comme un poison qui va vous infecter et la personne qui vous insulte va alors avoir prise sur vous, vous devenez une proie facile. Or, si vous partez du principe que vous n’en faites pas une affaire personnelle, et par conséquent que vous ne vous laissez pas atteindre, les gens n’ont alors plus aucune prise sur vous.

De même, lorsque l’on en fait une affaire personnelle, le réflexe est de défendre ses idées, ses opinions, quitte à créer un conflit. En prenant les choses personnellement, on se programme à souffrir pour rien

III

Le troisième Accord toltèque : Ne faites pas de suppositions

Ce troisième Accord pourrait être plus basiquement reformulé par : arrête de te faire des films ! On parle là de la propension de l’être humain à faire des suppositions sur les comportements des autres. Par exemple, ce jeune homme que vous croisez régulièrement et qui vous sourit. Vous allez probablement supposer que vous lui plaisez. Vous allez imaginer des tas de choses, jusqu’à y croire réellement, sans vraiment savoir. De même, si une personne de votre entourage vous semble distante, peut-être allez-vous supposez certaines choses sur ce comportement, vous monter la tête et peut-être même créer des problèmes. On va alors prêter des intentions aux autres et prendre les choses personnellement (ce qui nous ramène au point précédent). On a tendance à entendre et voir les choses comme on veut les voir et les entendre, pas comme elles sont réellement. D’où l’importance de poser des questions au lieu de supposer, pour éviter de souffrir/se faire souffrir.

Sur le même principe, l’être humain a tendance à faire des suppositions dans ses relations. Il a tendance à croire que la/les personnes le connaissent assez pour savoir ce qu’il veut, qu’ils connaissent assez ses besoins. Il va du coup penser qu’il n’est pas nécessaire de le verbaliser. Sauf que si et c’est comme ça que les conflits liés à l’incompréhension naissent. L’être humain a besoin d’avoir des réponses à ses questions, d’où les suppositions. Il est alors important d’oser demander, poser des questions pour éclaircir les choses. Il faut communiquer clairement afin de désamorcer ces conflits naissant ou encore mieux, les éviter.

IV

Le quatrième Accord toltèque : Faites toujours de votre mieux

Ce dernier Accord conclue les précédents et les transforme en habitudes. Le principe est de faire de son mieux chaque jour tout en acceptant que chaque jour soit différent. Suivant notre niveau de fatigue, notre état de santé, chaque jour sera différent du précédent et faire de notre mieux ne se placera pas toujours au même niveau. Ça n’est pas grave. Faire de son mieux signifie aussi ne pas en faire trop, au risque de mal faire et de perdre de l’énergie. C’est aussi agir parce que l’on en a envie, non pas pour en attendre une récompense. C’est faire les choses avec plaisir et non sous la contrainte. Si l’on fait de son mieux, nous n’aurons aucun regret, aucune raison de culpabiliser. C’est apprendre à s’accepter tel que l’on est, s’affirmer soi-même, quelques soient notre niveau de compétences, nos connaissances, en s’affranchissant du regard des autres. C’est vivre pour soi, tout simplement. C’est aussi vivre dans le présent et se détacher du passé.

C’est être également conscient que nos habitudes sont trop fortes pour avoir constamment une parole impeccable, réussir à ne plus jamais rien prendre personnellement ou encore ne plus jamais faire la moindre supposition, mais faire de son mieux, et c’est déjà ça !

Ces 4 Accords, honorés en faisant de son mieux, permettent de reprendre sa vie en main, de reprendre le contrôle, d’être maître de son existence. Tout est affaire de volonté. Ça ne sera pas facile, mais il faut prendre chaque jour l’un après l’autre en acceptant que certains jours seront plus difficiles que d’autres et, petit à petit, ça deviendra plus facile.

_20170318_213355

***

Le livre ne se conclue pas tout à fait là, il y a encore quelques notions de développées mais je préfère vous laisser découvrir par vous-même si vous en avez envie.

J’ai essayé d’aborder chaque Accord en les simplifiant pour, peut-être, vous donner envie d’aller un peu plus loin et de lire le livre. J’ai essayé de garder les idées principales mais ça n’est pas forcément évident à retranscrire. J’en parle avec mon niveau de compréhension, de la manière dont j’ai perçu chaque point, avec ma propre sensibilité. C’est plus ou moins l’essentiel de ce que j’ai retenu. Il est bien évident que tout est beaucoup mieux développé dans le livre. Il est facile à lire, court, et les exemples parlent à tout le monde. Je suis convaincue que ce livre est est très intéressant, qu’il apporte des clés pour vivre un quotidien plus doux, moins prise de tête, moins anxiogène. En revanche je pense que ce genre d’ouvrage se lit en gardant un esprit critique. Certaines choses sont beaucoup plus faciles à dire qu’à faire et ne sont pas forcément à prendre au pied de la lettre. L’idée n’est pas de se faire « gouroutiser », ça n’est d’ailleurs pas le propos du livre, mais d’avoir en tête qu’on peut soi-même améliorer son quotidien !

Eve

2 réflexions au sujet de « A la découverte des 4 Accords toltèques »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s